GILETS DJAUNES.

Tu vois, Gilé, moi j’ai pris perpéte.

3-4 piges de mitard d’entrée puis, ça doit faire 10 ans que j’me cogne la gardav’, sans parloir…

Mais non Ducon, j’suis pas en zonzon, j’suis sur le trottoir!

Oh mais non, non plus: je fais pas claquer mes talons sur le bitume, j’suis á la cloche, un clodo quoi!

3-4 ans en tant que détritus, immondice de cette société, le fond du tréfond des bas fonds. 3 litres de pinard de la communauté européenne par jour, les poubelles des pharmacies, le coma sur la bouche de trome, les poux, la crasse, le vomis de sang, la zombitude avinée dans son extréme suicidaire.

Puis la résurection, trop long a t’esspliquer, puis ça impliquerait des bons samaritains et mon anonymat.

Je me suis remis en route, repris en main. Pas pour redevenir un larbin au service de ce monde de merde, non, j’ai fignolé une philosophie ( putain, le clodo y s’la péte!), des techniques de survie en milieu urbain, sans thune, du moins avec le strict minimum, j’me suis fondu dans la masse tout en évitant au max de collaborer avec ce systéme…

Je vais pas dévoiler mes trucs, l’anonymat et la discrétion sont les mamelles de ma survie. Rêve, imagine, cherche moi dans la foule.

Depuis mon retour, quand j’ai trouvé un squatt, une cave, que j’ai pécho de quoi manger et boire ( de l’eau, j’ai déjá donné!), j’ai du temps. Le clodo par définition, il en branle pas une, alors, je mate.

Je VOUS mate.

Invisible, je me mets dans un coin, sur un banc, sous un abribus et j’observe.

Et bien que ce soit dur, trés dur, j’me dis que je préfére être á ma place que de me retrouver dans votre merde…

Merde alors!

Par chance, j’ai pu, un miracle, accéder au net. Je squatte des wifi sur un Iphone 10 ( je déconne!) et je surfe. Y’a lá aussi des putains de techniques que j’ai améliorées. La classe.

Bon et les gilets djaunes alors?

Tu piges facilement que je ne méle pas des manifs ou ce genre d’embrouilles, je suis invisible, je me dois d’être scréde, les keufs, en tant que clodo, j’ai déjá donné. Gaz et matraques pour immondice (moi) sur la voie publique.

Ben donc, depuis le début, sur mon bout de trottoir, je vous ai maté, les gilets djaunes. J’ai en plusse trifouillé sur le ouébe á votre sujet. Me suis mis á l’écoute de vos conneries. J’ai vu les condés vous défoncer la gueule, j’ai vu votre resistance, votre foi, amen, et, putain, vous me faites réver.

Aprés toutes mes galéres, toute ma haine contenue de la connerie humaine, vous me redonnez de l’espoir.

Putain, de l’espoir!!!

Putain, encore, j’ai même eu une pensée sacrilége : si ces cons y arrivent…

Pis non…

Pis si!

Si ces cons y arrivent et foutent en l’air ce systéme et les enculés qui le servent, je reprends ma place

á vos côtés, je trouve du boulot et j’aurai une boite aux lettres, comme tout le monde!

Ça caille, mes doigts commencent á flipper, juste je termine en vous remeciant de me faire rêver, de me redonner un peu ( faut pas déconner non plus!) de confiance en la nature humaine.

Gilets djaunes, je vous aime.

Gédéon Le Clodo.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s